Chapitre 8 : Le cours d’invocation

Un tourbillon de fumée noir avec des éclairs dans une salle de cours

Qu’est-ce qui avait bien pu leur arriver ? Leur est-il arrivé quelque chose le soir de mon black out ou alors la guerre les a emportés. Et, même si je m’en voulais de penser ça, à vrai dire, ce n’était pas pour me déplaire qu’ils soient aux abonnés absents.
M Galanda commença son cours sur l’invocation d’armes constituée d’énergie magique. Il s’agit d’un sort très commun que beaucoup maîtrisent même avant d’arriver à l’académie. Ce qui n’était pas mon cas.
Il siffla, un son blanc à peine audible, mais qui résonnait comme un écho.
Comme un double sifflement, se fit entendre, un bâton de 3 m apparu, aussi léger qu’une plume, mais aussi solide que le bois sacré. Le mannequin de paille valdingua sous les coups du bâton. 

L’invocation d’objets inanimés n’avait de limite que l’imagination. Néanmoins, plus l’objet était imposant ou détaillé, plus cela puisait dans notre énergie, et le sort pouvait rendre fou l’invocateur.

Chaque année, un étudiant s’évanouissait en tentant d’invoquer un objet, car son imagination partait dans tous les sens. Alors quand M Galanda me pointa du doigt pour venir faire l’exercice, je craignais d’être cet élève. Je commençai à siffler, le prof corrigea ma posture pour que le son sorte différemment. Puis je pensa fort à quelque chose de simple, un gourdin, non plutôt un bâton, court, enfin non, de taille normale. Tandis que ma réflexion commençait à partir dans tous les sens, mon invocation commença à tourbillonner, de la fumée noire apparue. Je sentais mes jambes flancher. Un puissant sifflement grave fit disparaître mon invocation. M Galanda me demanda de me rasseoir en me félicitant pour ce premier essai. Pourtant, l’expression de son visage laissait paraître tout autre chose. Il semblait terrorisé et j’étais le seul à ne pas l’avoir remarqué. Je n’avais pas fini le visage contre le marbre du sol, donc j’étais plutôt content même si je n’avais pas réussi mon invocation.

La sonnerie mit fin à ce cours. Par ailleurs, j’avais un temps libre dans mon planning, j’entrepris d’aller voir Waloz pour l’interroger sur ma vision.